Profession du père

FFFH 2020 |

de Jean-Pierre Améris
avec Benoît Poelvoorde, Audrey Dana, Jules Lefebvre, etc.

Avec «Profession du père», Jean-Pierre Améris signe sans conteste l’une de ses plus belles réussites. Adaptant un roman autobiographique de Sorj Chalandon intitulé «Mon traître», où il a retrouvé les tensions de sa propre enfance, le réalisateur des «Emotifs anonymes» (2010) et «Marie Heurtin» (2014) restitue la beauté déchirante des croyances enfantines. Nous sommes à Lyon, en 1961. Pris au piège de l’amour inconditionnel qu’il voue à son père, Emile (Jules Lefebvre), douze ans, l’admire comme un héros. Véritable tyran domestique terrorisant sa femme (Audrey Dana), André Choulans (Benoît Poelvoorde dans un rôle délirant taillé à sa mesure) exerce une emprise dont il est difficile de se déprendre, à l’exemple de son fils qui prend pour argent comptant tout ce que son paternel lui raconte à propos de ses vies secrètes et antérieures, où il aurait été tour à tour champion de judo, parachutiste, footballeur, espion, conseiller du Général de Gaulle ou encore fondateur des Compagnons de la chanson… Rarement tragicomédie n’aura si bien restitué les affres de la névrose familiale!

France, couleur, 2019, 1h45, programme n°241