The Two Horses Of Genghis Khan

| Allemagne / Mongolie |
Locarno 09, Piazza Grande
de Byambasuren Davaa


Adepte du documentaire narratif dont Robert Flaherty (1884-1951) a été l’inventeur, la jeune cinéaste mongole Byambasuren Davaa approfondit encore son regard sur sa communauté appelée à disparaître. Dans des paysages d’une beauté indicible, elle répète le geste fondateur de l’auteur de «Nanouk l’esquimau» (1922) en demandant à ses «non acteurs» de renouer avec des coutumes pourtant tombées en désuétude… Après la merveilleuse «Histoire du chameau qui pleure» (2004) et «Le Chien jaune» (2005), la réalisatrice nous attelle aux «Deux Chevaux de Gengis Khan». De fait, il s’agit du titre d’une chanson dont les paroles plongent au cœur du passé tumultueux de la Mongolie. Chanteuse célèbre, Urna a promis à sa grand-mère mourante de ramener à sa famille le manche du violon à tête de cheval où sont gravés les versets de cette litanie qui condense toute l’identité d’un peuple. Le précieux objet aurait été brisé puis perdu durant l’«occupation» chinoise, victime combien symbolique des exactions de la révolution culturelle… Urna part alors à sa recherche dans une Mongolie inconnue du spectateur, à la rencontre de musiciens, shamans ou luthiers magiques, qui lui livreront chacun une part des secrets de la chanson des «Deux Chevaux de Gengis Khan».
CHINGISIYN HOYOR ZAGAL, Allemagne / Mongolie, 2009, couleur, 1h32, programme n°162