Teza

| Ethiopie |
Venise 2008, Grand Prix, Prix du scénario | Fespaco 09, Etalon d’or | Festival de Carthage 2009, Tanit d’or | Meilleur film africain 2009
de Haile Gerima


S’il est un retour qui nous réjouit, c’est bien celui de Haile Gerima, grand cinéaste épique africain! Né en 1946 en Ethiopie, formé dans une université californienne, Gerima a donné au cinéma éthiopien son premier chef-d’œuvre avec la stupéfiante «Moisson de trois mille ans» (1976), une fresque émotionnelle qui rend justice à tout un peuple opprimé, saluée par Martin Scorsese comme l’un des piliers du patrimoine cinématographique mondial. Opposant de longue date à l’«empereur» Hailé Sélassié, le réalisateur n’a guère goûté la dictature militaire qui a suivi, au point de se faire naturaliser «américain». En exil, Gerima manque de moyens, tourne peu (cinq longs-métrages de fiction en trente ans de carrière). Partant, produit avec un budget dérisoire, «Teza» est dicté par un sentiment d’urgence impératif, le cinéaste s’interdisant toute concession. Revenant d’Allemagne après une longue absence, Anberber parcourt en claudiquant son pays natal dévasté par la guerre et les espoirs déçus. Mais l’exilé reprendra vie, malgré toutes les tragédies. Avec une liberté de ton extraordinaire, Gerima nous raconte «son» Ethiopie, une histoire mouvementée et convulsive qui, par son universalité, devient peu à peu la nôtre… Un film miraculeux dont on ne peut faire l’économie!
Ethiopie / Allemagne, 2009, couleur, 2h20, programme n°162