Tan de repente

Argentine |
Léopard d’argent Locarno 2002 |
de Diego Lerman


Entre Wenders et Jarmusch, le premier long-métrage du jeune réalisateur Diego Lerman (34 ans) constitue l’expression parfaite de la fraîcheur et de l’inventivité remarquables de l’actuel jeune cinéma argentin. Mao et Lénine, un couple de lesbiennes de Buenos Aires, provoquent dans la rue Marcia, jeune fille dépressive et grassouillette. Elles l’entraînent par amour en virée dans la cambrousse argentine… Road-movie suspendu entre le vide et l’arbitraire, “Tan de repente” tient parfaitement la route! Par le biais d’une mise en scène discrète, sans esbroufe mais pleine de dérision, le cinéaste parvient à glisser en creux, au-delà de banales actions quotidiennes, une gravité légère qui révèle l’état de confusion et de doute de ses protagonistes marquées par la pauvreté, le chômage endémique, une absence totale d’idéal et surtout une profonde solitude. Mais “Tan de repente”, autrement dit « tout à coup », ces filles s’efforcent de se recomposer un semblant de famille, de renouer avec des liens du sang mis à mal par un passé fait de compromis, de mort et de misère… Régénérateur!
2002, Argentine, noir et blanc, 1h34, programme n°111