Mais im Bundeshuus – Le Génie helvétique

En libre accès sur playsuisse.ch

Auteur des documentaires à succès que sont «Cleveland contre Wall Street» (2010) sur la crise des subprimes, «L’Expérience Blocher» (2013), face à face fascinant avec un Christophe Blocher solitaire, ou encore «L’Opéra de Paris» (2017), une immersion dans les arcanes de cette prestigieuse institution française, Jean-Stéphane Bron aime surtout raconter des histoires… «Mais im Bundeshuus – Le Génie helvétique» (2003) a beau documenter scrupuleusement l’élaboration puis la votation (au Conseil national) de la loi sur le génie génétique (GEN-LEX) en automne 2002, le film fonctionne comme un thriller politique, avec tout à la fois ses moments d’émotion, de drame, de rire et, évidemment, de suspense.

Le cinéaste suisse transforme les cinq parlementaires qu’il a choisis en archétypes de personnages (le bon, le méchant, le traître, la victime, etc.), ce qui les rend particulièrement attachant. Et le dispositif choisi (attendre devant la porte de la commission parlementaire que ces personnages viennent raconter ce qui se passe dans le secret des débats) renforce encore cette idée de récit, à la manière d’une fiction ma foi bien véridique. Jamais une caméra n’avait pénétré et filmé aussi longtemps le Palais fédéral. C’était un sacré pari de le rendre intéressant. Un pari que Jean-Stéphane Bron a parfaitement gagné.

de Jean-Stéphane Bron
Suisse, 2003, 1h30