La Belle Epoque

Après «Monsieur & Madame Adelman», dans lequel il partageait le rôle-titre avec sa compagne Doria Tillier, Nicolas Bedos revient avec «La Belle Epoque», une nouvelle comédie romantique astucieuse et ludique, qui dénonce notre époque hyperconnectée.

Illustrateur de bande-dessinée sur le déclin, Victor (Daniel Auteuil) n’en peut plus de la vacuité d’une existence où tout tourne autour des plateformes de contenus en ligne, de la réalité virtuelle et du e-commerce. N’en pouvant plus de ses humeurs désabusées, son épouse Marianne (Fanny Ardant) le met à la porte. Grâce à Antoine (Guillaume Canet), Victor découvre alors la possibilité de se replonger dans son passé, moyennant de minutieuses et coûteuses reconstitutions en studios et se retrouve dans les années septante, entouré de comédiens costumés et de décors de cinéma, face à Margot (Doria Tillier) qui joue le rôle de Marianne jeune…

Grâce à son astuce scénaristique, qui lui permet de plonger dans le passé en restant dans le présent, Nicolas Bedos raconte l’époque post-soixante-huitarde avec nostalgie et raille le monde 2.0 avec une bonne dose d’ironie, tout en posant un regard tendre sur ses personnages en perte de repères. Partant, il joue à merveille avec la mise en abyme de ses studios de cinéma et dépasse ainsi le sujet de l’amour usé. «La belle époque» s’impose comme une critique de l’impersonnalité de l’ère numérique consumériste, à laquelle on préfère la chaleur humaine et la candeur des seventies, exception faite du brouillard de fumée dans les cafés!

de Nicolas Bedos
France, 2019, 1h55

LA BELLE éPOQUE

Genève

Les Scala, 13:40, 20:45