La petite bande

Depuis les années 1990 et des films comme «Cible émouvante» avec Guillaume Depardieu, Pierre Salvadori manie le burlesque et les répliques inspirées qui font le sel des bonnes comédies. Après «Dans la cour» avec Catherine Deneuve et Gustave Kervern, le cinéaste nous a fait rire aux éclats grâce à «En liberté» avec Adèle Haenel, l’histoire délirante d’une policière veuve d’un flic ripoux. Le voici de retour avec «La petite bande», qui narre les aventures de cinq enfants en lutte contre une usine toxique.

Suivant ces complices dans leur entreprise subversive, Pierre Salvadori installe d’une part sa mécanique burlesque bien rôdée. D’autre part, le cinéaste prend un malin plaisir à nous amuser des quiproquos sentimentaux de ses personnages, qui tantôt s’aiment, se rejettent, se mentent ou se disent la vérité. Sous ses dehors loufoques, «La petite bande» révèle alors une profondeur et une gravité bienvenues, en allant au-delà des habituelles aventures en bande pour le jeune public, qui prônent simplement l’entraide et la solidarité. Car Salvadori symbolise la catastrophe écologique annoncée en dessinant tous les poids qu’elle fait porter à la jeunesse. Et sa «petite bande» de leur faire à chaque fois des pieds de nez sertis d’amoralité!

de Pierre Salvadori
France, 2021, 1h48