Palmarès du concours de courts-métrages «La Suisse m’interroge?»

Organisé par le Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (MahN) et Passion Cinéma dans le sillage des événements liés au Centenaire de la naissance de Henry Brandt, le concours de courts-métrages «La Suisse m’interroge?» a dévoilé ses lauréat·es ce jeudi 5 mai. Perpétuant l’œuvre pionnière réalisée par Henry Brandt lors de l’Expo nationale de 1964, les 25 participant·es au concours ont à leur tour questionné la Suisse, en s’intéressant aux réalités sociales qui se cachent derrière son apparence enchanteresse…

Parmi ces films, trois lauréat·es ont été désigné·es par le jury composé de Marie-Eve Hildbrand, cinéaste, Florence Adam, productrice, Edna Epelbaum, exploitante de salles, Chantal Lafontant, co-directrice du MahN, et Pierre-Emmanuel Jaques, commissaire de l’exposition et maître d’enseignement et de recherche. Le jury a également souhaité décerner une mention à un quatrième film qui l’a particulièrement séduit.


Le premier prix, doté de CHF 5’000.-, revient à Zoée Bijotat pour le court-métrage «Les Scoubidous». Composé de déclarations d’enfants qui évoquent leur pays, leur lien à celui-ci et leur attente face au futur, le film s’inscrit pleinement dans la suite du projet de Henry Brandt, ouvrant la porte à un avenir relativement optimiste.


Le deuxième prix, doté de CHF 2’500.-, a été décerné à Alan Du Pasquier pour son court-métrage (sans titre). En racontant un épisode militaire, au cours duquel les soldats sont appelés à surveiller la frontière face à un ennemi qui restera invisible, le film ouvre une nouvelle interrogation sur la place de la Suisse dans le monde, ou du moins de l’un de ses symboles.


Le troisième prix, doté de CHF 1’000.-, récompense Marion Fert et Baptiste Aubert pour leur court-métrage «La Suisse automatique». Le film s’intéresse à un objet du quotidien, les distributeurs automatique, et se demande ce que la présence de ces machines révèle de la Suisse, rejoignant ainsi l’interrogation développée par Henry Brandt.


Une mention a été attribuée à Camille de Pietro pour son court-métrage (sans titre). Sur les images d’un bébé d’aujourd’hui, la réalisatrice partage ses souvenirs d’enfance et soulève la question du bonheur en Suisse, telle que la posait déjà Henry Brandt en 1964.

Bien que les tentatives de fiction aient été majoritaires, les juré·es ont choisi de récompenser «des œuvres s’approchant d’un cinéma du réel», dans la lignée de l’œuvre de Henry Brandt. Les trois films primés ont été remarqués comme «particulièrement originaux, tant au plan formel qu’en fonction des aspects sociaux qui y apparaissent». La remise des prix s’est tenue ce jeudi 5 mai 2022 à 19h au Cinéma Rex à Neuchâtel. Cette séance ouverte au public, au cours de laquelle ont été projetés les films primés, a rencontré un très grand succès!