Va, vis et deviens

César 06, Meilleur scénario
de Radu Mihaileanu |
avec Moshe Agazai, Mosche Abebe, Yaël Abecassis, Roschdy Zem, etc.


Acteur au théâtre yiddish de Bucarest, le jeune Radu Mihaileanu fuit, dès 1980, la dictature de Ceaucescu. Après avoir passé par Israël, il se réfugie en France où il devient réalisateur. «Va, vis et deviens» (2004), un titre inspiré au cinéaste par la lecture de l’indispensable «Vie et destin» de Vassili Grossman, est un véritable plaidoyer en faveur de la survie, au-delà des différences identitaires et religieuses… En 1984, des centaines de milliers d’Africains issus de vingt-six pays dévastés par la famine se meurent dans des camps de fortune établis au Soudan. Parmi eux se trouvent nombre de juifs éthiopiens qui ont fui le régime totalitaire de Mengistu. Depuis leurs montagnes, ils se sont rendus à pied dans un pays musulman où ils doivent impérativement cacher leur identité juive! Avec l’appui des Etats-Unis, Israël monte alors l’opération «Moïse» pour sauver les Falashas, en leur faisant gagner la «Terre Promise» via un pont aérien. C’est au cours de cette répétition dramatique de l’exode qu’une mère chrétienne incite son fils de neuf ans à se déclarer juif pour le sauver de la famine. Emmené en Israël, l’enfant est adopté par une famille séfarade de Tel-Aviv. Vivant sous le prénom d’emprunt de Shlomo, il est terrorisé à l’idée que l’on découvre qu’il n’est ni juif ni orphelin, mais seulement noir…
France, 2004, couleur, 2h20, programme n°137