Tapage nocturne

En présence du réalisateur | Locarno 2012, Piazza Grande
de Christoph Schaub
avec Alexandre Maria Lara, Sebastian Bloomberg, Georg Friedrich, etc.

nachtlaerm_WEB
Le réalisateur zurichois Christoph Schaub est l’un des rares cinéastes suisses à exceller dans le genre casse-gueule de la comédie de mœurs, surtout en Helvétie où l’autodérision n’est pas toujours une seconde nature. A fort bon escient, le réalisateur de «Jeune homme» (2006) a reconduit la collaboration avec l’écrivain Martin Suter dont l’habileté scénaristique avait fait merveille en 2009 sur «La Disparition de Giulia». Neuvième long-métrage de son auteur, «Tapage nocturne» présente la même verve d’écriture, en plus noir et grinçant. Parents trentenaires de Tim, un bébé de quelques mois, Livia (Alexandra Maria Lara) et Marco (Sebastian Bloomberg) voient leur vie de couple complètement bouleversée. A chaque fois que papa et maman s’efforcent de rallumer leur flamme amoureuse, l’adorable poupon se met à pleurer. Ils sont obligés d’embarquer leur progéniture dans leur vieille Golf et de rouler à près de 130 km à l’heure sur l’autoroute, le temps que Tim s’endorme enfin, bercé par le ronron du moteur tournant à plein régime! Une nuit, alors qu’ils s’arrêtent à une station-service pour acheter des cigarettes, Livia et Marco, les nerfs à vif, laissent leur voiture sans surveillance, avec le bébé à l’intérieur. Cet «acte manqué» va avoir des conséquences tragicomiques insoupçonnées… Non sans talent, Schaub actualise, tout en l’adaptant à notre modernité, le genre dit de «la comédie du remariage». Pour mémoire, celle-ci montre «comment des gens qui se sont déjà trouvés découvrent qu’ils sont vraiment faits l’un pour l’autre», la menace de la séparation constituant une manière d’accélérateur.
NACHTLÄRM, Suisse / Allemagne, 2012, couleur, 1h34, programme n°180