De La Tchaux à Rio

Formé au DAVI (actuelle ECAL), le Lausannois Samuel Chalard est installé depuis une quinzaine d’années à La Chaux-de-Fonds où il enseigne la vidéo à l’Ecole d’arts appliqués. Il est à l’origine de la maison de production Casa Azul Films, mise sur pied à la suite d’un voyage d’études à Cuba, avec ses camarades de classe Daniel Maurer et le Neuchâtelois Fabrice Aragno notamment. Excellent observateur de notre monde, Samuel Chalard réalise de nombreuses commandes avant de se consacrer pleinement au documentaire de création.

De son parcours en territoire neuchâtelois, on notera qu’il a travaillé à La Chaux-de-Fonds sur le tournage de «La Brûlure du vent» (2002) de Silvio Soldini. En 2007, Samuel Chalard fait vibrer l’âme du Centre de culture ABC avec «Amateurs», tourné à l’occasion des 40 ans de l’institution chaux-de-fonnière. Ce film, où l’on apprend qu’ABC abrège «Amateur Bühne Chaux-de-Fonds», raconte le lieu à travers des images d’archives et le témoignage des personnes qui l’ont fait vivre. Avant cela, le nom de Samuel Chalard avait déjà été à l’affiche du même cinéma ABC à travers les films «Luchando Frijoles» (1997), création collective ramenée du fameux voyage d’études à Cuba, et «Regards d’enfants» (2003), l’un des 22 courts-métrages de la collection Regards en arrière, basée sur le projet d’histoire orale Archimob.

En 2010, il s’essaie à la fiction avec «Le Prince du Japon», un court-métrage fort et émouvant, empreint de beaucoup de délicatesse. Sélectionné aux Journées de Soleure et au prestigieux Palm Springs Festival en Californie, ce film tourné à La Chaux-de-Fonds réunit une équipe du cru – coécrit avec Yves Robert, joué par la comédienne Christine Chalard et monté par Emilie Morier.

S’ensuit la grande aventure de «Favela Olímpica» (photo), le premier long-métrage de Samuel Chalard. Présenté à la Semaine de la critique à Locarno en 2017, ce film résulte d’une longue réflexion sur le vivre ensemble et le devenir des villes qui ont accueilli les Jeux Olympiques. Ses recherches ont finalement emmené Samuel Chalard jusqu’au Brésil, où il a décidé de suivre au plus près le parcours de ces héros des temps modernes, de véritables David contre Goliath.

Dernièrement, il réalise «Ville cherche héros» (2019) avec son confrère Robin Erard, un diptyque documentaire en immersion sur le conseil communal de la Ville de La Chaux-de-Fonds.

A propos de «Favela Olímpica»
Alors que la construction du stade destiné à accueillir les Jeux Olympiques de Rio 2016 avance à grands pas, «Favela Olímpica» nous emmène en lisière de chantier, en plein cœur de la communauté Vila Autódromo. Très soudé·es les un·es aux autres, les habitant·es de cette favela se lèvent tous les matins avec la crainte d’être expulsé·es par la mairie de Rio qui n’attend qu’une chose: raser leurs maisons de fortune pour agrandir le parc olympique. Tandis que certain·es d’entre eux·elles se laissent séduire par quelques indemnisations et solutions de relogement, les autres décident de poursuivre la lutte coûte que coûte… Documentaire d’immersion sans voix off ni commentaire, le film fait parler la réalité d’elle-même, à la faveur d’une narration limpide et grâce à des protagonistes dont la joie de vivre touche profondément. Un film saisissant sur la résistance face à la spéculation immobilière.
A voir sur outside-the-box.ch