Le Mystère Méliès

En libre accès jusqu’au 9 mars sur arte.tv

Le 27 décembre 1895, au sous-sol d’un café parisien, Georges Méliès assiste à la première séance du Cinématographe. Comme la plupart des 35 spectateurs et spectatrices présentes, ce magicien de profession a été invité par les frères Auguste et Louis Lumière qui lui ont promis une surprise!

C’est peu dire que Méliès est conquis. Sitôt terminée la projection des dix «vues» Lumière au programme, il se précipite auprès des deux inventeurs pour leur acheter un Cinématographe! Les Lumière s’y refusent, arguant selon la légende qu’il s’agit d’une invention «sans avenir». D’aucuns ont vu dans ce refus une façon maligne d’écarter la concurrence… Bien loin de se décourager, Méliès conçoit son propre prototype et commence à tourner. Peu après, il découvre l’essence même du trucage cinématographique à la suite d’un blocage momentané de la manivelle de sa caméra. Il s’agit du fameux «truc à arrêt», qui est à la base des centaines de films qu’il va réaliser entre 1896 et 1913.

Fondateurs de Lobster Film, Serge Bromberg et Eric Lange retracent dans la première partie de leur documentaire le destin retors de celui qui est à juste titre considéré comme l’inventeur du spectacle cinématographique. Dans la seconde, ils racontent comment son patrimoine a pu être sauvé et restauré au prix d’inlassables recherches. Pour mémoire, Méliès, ruiné et désespéré, a fini par brûler tous les négatifs de ses films, du moins c’est que l’on a cru pendant longtemps. En complément au documentaire de Bromberg et Lange, treize merveilleux chefs-d’œuvre de ce grand pionnier du septième art sont également à voir en ligne.

de Eric Lange
France, 2020, 0h59