Chine |

Cannes 07, Un Certain Regard |
de Diao Yinan



Dans une cité industrielle déshumanisée de la province chinoise du Shaanxi, le réalisateur Diao Yinan raconte l’histoire d’une femme refermée sur elle-même, mais qui cherche à se défaire d’un quotidien gris et accablant: Wu Hongyan est bourreau. Elle exécute des femmes condamnées à mort. Simple rouage d’une machine policière et judiciaire fonctionnant par la terreur, esseulée, elle participe à des soirées organisées par une agence matrimoniale, jusqu’au jour où elle tombe amoureuse du séduisant et mystérieux Li Jun… A la manière de Béla Tarr ou de Aki Kaurismäki, Yinan privilégie les plans fixes et les gros plans pour exprimer la solitude et le désespoir de ses personnages. Parallèlement, il révèle une réalité où l’argent corrompt systématiquement les relations humaines et où l’on n’a pas su trouver d’alternative à la peine de mort. Mais, alors que pèsent l’étouffement et l’écrasement, le cinéaste parvient à insuffler de l’air et de l’espace grâce au mouvement libérateur et à la quête de dignité de sa protagoniste. Bien loin du simple film militant contre la peine de mort, «Train de nuit» s’impose au spectateur comme un drame tendre qui démontre à la fois la force des femmes et la puissance du septième art.
YE CHE, Chine, 2007, couleur, 1h34, programme n°148

 

Tags: